l’armée du crime

par Marion Roset

Grzywacz. Elek. Wajsbrot. Witchitz. Fingerweig. Boczov. Fontanot. Alfonso. Rayman. Hongrois, Arméniens, Roumains… Vingt-et-trois étrangers et nos frères pourtant”[1], fusillés au Mont-Valérien par les Nazis, un matin de février, « à lheure où blanchit la champagne »[2]. Les nouveaux héros du film de Robert Guédiguian, né dun père arménien et dune mère allemande. Un film comme une évidence donc…

Laction se déroule dans une France occupée, une zone grise, malgré tout baignée par le soleil, sous lequel flânent des Parisiens tandis que dautres sont en route pour la mort. Ni mauvais dun cô, ni bons de lautre, seulement des hommes qui survivent, qui vivent ou qui luttent.  Disons le tout de suite, lintét du film ne réside pas dans son suspense (nous savons que les résistants du réseau Manouchian finirent fusillés), mais bien dans les raisons qui ont poussé ces jeunes à tenir tête à la barbarie totalitaire. Lun a dé lutté contre le franquisme, lautre est juif. Lun est communiste, lautre est poète. Tous veulent vivre, tous vont mourir pour que dautres soient libres. Telle était la volonté des résistants de lAffiche Rouge. Robert Guédiguian nen fait pas des saints, chacun a ses forces et ses faiblesses, et ne condamne personne. Comme le prouve le traitement de la trajectoire de Monique Stern, que je ne dévoilerai bien sûr pas, qui nest jamais mis en jugement. Et si dautres incarnent ce qu’étaient la bureaucratie nazie et la collaboration policière, ce nest jamais dune manière caricaturale.

Le but du cinéaste nest pas de révolutionner la grammaire du cinéma mais de faire connaître une histoire dhommes et de femmes qui se sont battus. La réalisation reste donc classique voire, diront certains, académique. Et alors ? Un film à mettre devant tous les yeux, surtout ceux des futurs Terminale S….

LARMEE DU CRIME, de Robert Guédiguian avec: Simon Abkarian, Virginie Ledoyen, Robinson Stévenin, Grégoire Leprince-Ringuet, Jean-Pierre Darroussin, Jürgen Genuit…


[1] « LAffiche Rouge », Louis Aragon

[2] « Les contemplations », Victor Hugo

f de limage : http://www.clg-ferry.ac-aix-marseille.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s