Les cheveux afro : un sujet qui défrise !

Bonjour à tous!

Voici un petit article sorti de derrière les fagots…ça date mais ça peut interesser certains d’entre vous!

Elo

Les cheveux afro : un sujet qui défrise !

Chapô : « Papa, pourquoi je n’ai pas de beaux cheveux ? ». Avec Good Hair Chris Rock (re)ouvre le débat sur les cheveux afro. Un débat beaucoup moins superficiel qu’il n’y paraît…

Le  23 octobre dernier Good Hair, le documentaire du célèbre comédien afro-américain Chris Rock, a débarqué dans les salles aux États-Unis. À l’origine de ce projet, une question de sa fille, Lola, 6 ans: « Papa, pourquoi je n’ai pas de beaux cheveux ? ». Chris Rock refuse que sa fille grandisse en acceptant des standards de beauté qui stigmatisent les cheveux naturels des africains. Pour ce film Chris Rock est allé à la rencontre d’afro-américaines dans leurs salons de coiffure, il s’est également intéressé à l’industrie cosmétique. En effet, cette dernière génère chaque année des millions grâce à la commercialisation de produits chimiques corrosifs pour détendre les cheveux ou de perruques fabriquées avec des cheveux indiens.

Le film a provoqué une polémique outre-Atlantique. Les afro-américaines pensent que le documentaire tourne en dérision leurs habitudes capillaires et craignent que le public blanc ne les juge. Pourtant Chris Rock, dès le début du film, annonce avec sarcasme « relaxing black hair relaxes white people ». Où se situe son erreur ? Trisica, une jeune afro-américaine de New York, apporte un début de réponse : « Le film est loin d’être mauvais, seulement il ne me semble pas refléter la réalité. J’ai du mal à croire qu’une femme presque sans ressources puisse dépenser 1000 dollars pour une perruque ». Le film n’a qu’un intérêt factuel et se contente de révéler le budget et le temps que les afro-américaines consacrent à leur cheveux ou le type de produit qu’elles utilisent.

Ceux qui souhaitent approfondir le sujet s’orienteront vers le livre de Willie L. Morrow 400 years without a comb. An untold story et Peau noires, masques blancs du sociologue martiniquais Frantz Fanon. La lecture de ces ouvrages démontre que depuis l’esclavage, tout comme la couleur de la peau, les cheveux crépus se sont mués en signes visibles d’une insularité économique, sociale et culturelle. Le recours à des procédés pour se défriser les cheveux ou se blanchir la peau s’inscrivait dans une tentative de rapprochement d’une supposée supériorité blanche. Les esclaves considéraient déjà leur chevelure comme une source d’embarras et inconsciemment une forme de discrimination interne à la communauté s’est mise en place. Les mulâtres à la peau claire et aux cheveux souples étaient regardés comme plus nobles.

Qu’en est-il aujourd’hui ?  Les femmes noires sont-elles toujours sous le joug d’une domination culturelle et économique blanche ? Trisica souligne que de plus en plus d’afro-américaines choisissent d’opter pour le naturel et que celles qui se raidissent les cheveux  ne le font plus pour s’ajuster aux canons de beautés caucasiens mais par simple goût. Lydie et Valérie, deux jeunes femmes de la région parisienne, ne partagent pas le même avis. Valérie s’exprime clairement : « Les blancs nous ont fait croire que nos cheveux étaient difficiles à coiffer, que nous devions les raidir et que les hommes préféraient les cheveux raides. La vérité c’est qu’il existe une grande variété dans la nature des cheveux afro et cela effraie les gens. » Quand à Lydie elle déplore que beaucoup de noirs prennent encore « la nature de leur cheveux et la couleur de leur peau » comme critères de beauté.

Pour être honnête, rares sont les femmes d’origine africaine qui arborent une coiffure naturelle…mais il est vrai que le naturel manque aussi aux célébrités féminines blanches.

Good hair

400 years without a comb

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s