Corée sur Charente

??????????????? Anyong Hasseyo à tous ! Nous sommes à J – 10 de la sortie du numéro 13 d’Esprit Métis qui vous emmènera dans un voyage dans le temps en Corée du Sud. Pour vous donner un avant-goût du pays du matin calme, je vous propose de faire un tour à … Angoulême !
Et oui, le Festival International de la Bande Dessinée s’y déroule actuellement (jusqu’à demain) et il fait la part belle aux dessinateurs coréens. Il faut dire qu’ils sont vraiment talentueux !
Il y a en effet une superbe exposition d’originaux d’artistes de la bande dessinée coréenne au Pavillon spécial Corée du festival.

DSCN3206

Exposition d’originaux de KIM Dong-hwa

Il faut tout d’abord savoir que le festival d’Angoulême avait déjà accueilli une exposition sur la bande dessinée coréenne en 2003. L’exposition de cette année célèbre le 10ème anniversaire de cette amitié franco-coréenne autour de la bande dessinée !

Mais la connaissez-vous cette bande dessinée coréenne ? Aujourd’hui, tout le monde sait ce qu’est un manga et la bande dessinée japonaise a de nombreux amateurs dans le monde entier, mais la bande dessinée coréenne est moins connue. Je l’ai moi-même beaucoup découverte hier à Angoulême.

DSCN3209

Et pourtant, actuellement, la Corée du Sud est l’un des pays qui lit le plus de bandes dessinées. Et elle le fait essentiellement sur Internet. C’est ce qu’on appelle le webtoon (association des mots « web » et « cartoon »). Notamment grâce à deux webmagazines : Naver (145 webtoons par semaine) et Daum (108 webtoons par semaine). Et il y en a pour tous les goûts : humour, anecdotes du quotidien, gastronomie, thriller, éducatif, expérimental, etc.

DSCN3210

Mais ce qui s’exporte le mieux vers l’étranger pour le moment, c’est le manhwa, à savoir la bande dessinée coréenne publiée sous forme papier. Notamment à travers l’œuvre de deux géants nationaux du genre :
LEE Doo-ho, considéré comme « l’auteur qui dessine l’histoire et l’époque », notamment à travers sa série « Le bandit généreux » publié en France chez Paquet

DSCN3212

DSCN3214Exposition d’originaux de LEE Doo-ho

KIM Dong-hwa, considéré comme « le fondateur du romance manhwa », notamment à travers ses œuvres « Histoire couleur terre » (Ed. Castermann), « Histoires de Kisaeng » et « La bicyclette rouge » (Ed. Paquet)

DSCN3215

DSCN3216Exposition d’originaux de KIM Dong_hwa

L’exposition qui a lieu en ce moment au Pavillon spécial Corée à Angoulême fait donc la part belle à ces deux auteurs. Mais elle nous en fait découvrir d’autres, non moins talentueux comme CHO Hoon avec « Hola Chicos », SHIN Jisue avec « 3 grammes », Ancco avec « Bad friend », KIM Han-jo avec « La mémoire du corps », MA Yeong-sin avec « Is there nothing ? », CHOI Min-ho avec « Vegetable garden », HONG Yeon-sik avec « Inconveniently but happily », PARK Kun-woong avec « Massacre au pont de Nogunri », CHOI Kyu-sok avec « 100°C », SONG Dong-geun avec « Peter historia », CHOI Ho-cheol avec « L’Etincelle », KIM Su-bak avec « Human fragrance » et KIM Sung-hee avec « Clean room ». De nombreux originaux de ces auteurs sont exposés, qui sont le parfait reflet de l’extrême diversité et de la grande richesse des K-comics (bande dessinée japonaise), qu’il s’agisse de webtoons ou de manhwa.

DSCN3217Keum-Suk Gendry-KIM chante le pansori

Vendredi soir, ce Pavillon spécial Corée accueillait une très belle et très chaleureuse soirée coréenne. Etaient présents de nombreux auteurs de manhwa mais aussi une délégation de la ville de Bucheon, ville coréenne qui, comme Angoulême, met en avant la politique culturelle et notamment la bande dessinée. Dans son discours, KIM Man-soo, maire de Bucheon, a d’ailleurs rappelé et insisté sur ce point commun entre les deux villes. Puis CHO Kwan-je, auteur de K-comics, Président de l’Association des cartoon artists coréens et accessoirement animateur de cette soirée, nous a déclaré que les auteurs de K-comics étaient très talentueux et que la BD pouvait ne pas être leur unique talent.

DSCN3220Keum-Suk Gendry-KIM chante le pansori

En effet, Keum-Suk Gendry-KIM par exemple, pratique avec brio le pansori, chant traditionnel et poème narratif coréen, accompagné du son d’un tambour. En 2012, cette artiste a publié l’ouvrage « Le chant de mon père » aux Editions Sarbacane en France. Le titre de cet ouvrage fait référence à ce chant pansori que pratiquait son père et qu’elle perpétue. Cette oeuvre vous sera présentée dans le futur numéro 13 d’Esprit Métis. En ouverture de cette soirée coréenne, Keum-Suk Gendry-KIM nous a donc gratifié d’une très belle interprétation de « Heungbo-ga » ou « Chant de Hungbo », un des cinq pansori historiques qui se chante encore à l’heure actuelle.

DSCN3224Keum-Suk Gendry-KIM chante le pansori

« Ce pansori raconte l’histoire de deux frères. L’aimable Hung-bo est privé de la jouissance de son patrimoine par l’égoïsme et la cruauté de son aîné Nol-bo qui le laisse vivre dans le dénuement. Il soigne un jour une hirondelle blessée qui, pour le remercier, lui confie des semences d’où sortira un trésor. Pour obtenir la même bonne fortune, Nol-bo attrape une hirondelle, lui casse volontairement la patte et se met ensuite à la soigner. Il reçoit bien lui aussi des semences, mais ce qu’elles produiront ne lui apportera que des malheurs. »
(Extrait d’un article du Musée du Quai Branly)

Keum-Suk Gendry-KIM nous a précisé que l’hirondelle avait offert une courge à Hungbo et que lorsque celui-ci avait ouvert la courge, il y avait trouvé de la nourriture et de l’argent qui se régénéraient à l’infini.

Voici un petit extrait de la fin de sa prestation. Vous vous rendrez compte dans cette courte vidéo que la pratique du pansori implique aussi la participation du public et le jeu de l’artiste avec ce dernier.

Heungbo-ga par Keum Suk Gendry-Kim from Papillons de Mots on Vimeo.

Patricia GRANGE-BOUE

Sources :
– Exposition et catalogue d’exposition « Spécial Corée – Au-delà de la bande dessinée … » du 40ème Festival international de la bande dessinée d’Angoulême
Article « Heungbo-ga, pansori » du site du Musée du Quai Branly

Publicités

Une réponse à “Corée sur Charente

  1. Pingback: Un avant-goût de la Corée du Sud … « Papillons de mots·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s